Taille du texte

Quelques exemples de nos activités

Voici quelques cas relevants parmi les aides que nous apportons :

Madame J. A., 69 ans

Ex-infirmière de l'hôpital de Châteauroux, atteinte d'un maladie incurable à ce jour (sclérodermie) a souhaité finir ses jours en France, où elle vient d'être opérée du cœur à Tours. Pendant de longues années, elle nous a aidés bénévolement auprès de nos malades. Ils se souviennent tous d'elle avec beaucoup d'affection.Entraide

La Bienfaisance s'est occupée de son déménagement et de son rapatriement en France, en ambulance médicalisée, puisqu'elle doit être en permanence sous oxygène.

Malgré la distance, nous restons en rapport avec elle, grâce aux e-mails que nous lui adressons depuis notre bureau. Nous remercions Mme. C., qui n'a pas hésité à faire un petit détour par Châteauroux lors de ses déplacements à Paris et continue à maintenir une amitié avec elle et sa famille.

Mme F. R., 95 ans

A qui on a acheté un appareil auditif pour rompre une certaine solitude due à une surdité conséquente. Elle est en résidence, a dû être amputée d'une jambe, mais respire la joie de vivre grâce aux visites fréquentes qu'elle reçoit ... Bien décidée de profiter au maximum de ces instants de bonheur... pendant de TRES longues années (paroles de notre charmante nonagénaire ).

Monsieur P. L., 59 ans

Gravement malade qui, grâce à notre aide a pu louer un appartement, acquérir une certaine indépendance. Auparavant, son horizon de vie consistait à vivre dans des chambres louées au mois ou dans des résidences pour indigents.

S. A., 73 ans,

A enfin trouvé un petit appartement pour vivre tranquille avec son fils P., handicapé, logement qu'elle peut payer grâce au complément d'aide que lui attribue notre Bienfaisance. En 2011, début mars, elle va essayer d'obtenir l'aide au logement accordée par la Generalitat en cas de situation particulièrement délicate.

Nous avons également annulé la dette qu'elle avait contractée avec le garde-meuble car avant de retrouver un petit chez-soi, elle vivait avec son fils chez des particuliers.

AccompagnementLes autres cas, consistent à apporter une aide financière sur des budgets très restreints. En effet, en 2010, la PNC - pension non contributive espagnole - s'élevait à 339,70 euros par mois, distribués en 14 payes.

D'ailleurs, très souvent cette aide complémentaire doit être accompagnée d'un soutien moral car il est très difficile d'affronter chaque jour, chaque minute, cette guerre d'usure permanente où quelques euros de plus ou de moins peuvent faire basculer les moindres prévisions à court terme : un électroménager qui rend l'âme, un robinet qui fuit, un court-circuit... enfin, toutes ces petites choses qui aussi minimes soient-elles constituent une menace pour ces compatriotes « sous abri précaire ».

Par ailleurs, 27 de nos assistés ont bénéficié pour Noël et les fêtes de fin d'année d'un colis spécial que nous avons pu leur offrir grâce aux contributions de tous nos adhérents. Une coupure surprise de 50 euros a été jointe au colis des plus nécessiteux.

Si, par ce geste, nous avons pu apporter un peu de douceur et de bonheur, nous pensons que nos souhaits ont été exaucés.